headerphoto

Moderne le thé !

Exit l'image du thé qu'on boit le petit doigt en l'air. À une vitesse surprenante, le thé a imité le café en se transformant de simple moyen de se réveiller le matin à breuvage polymorphe à la mode (Voulez-vous votre café équitable avec de la mousse au soja biologique, sans hormones, avec crème sans gras?).

Moderne le thé !

Les traditionnelles poches de thé noir que votre grand-mère avait dans son sac à main ont fait place à un arc-en-ciel de couleurs ainsi qu'à une panoplie de saveurs et de sachets de toutes les tailles et toutes les formes.

«D'ici quelques années, nous allons voir des films et des émissions de télé qui se moqueront des gens qui boivent du thé de la façon dont on le fait maintenant avec le café», prédit Mark Blumenthal, directeur du Conseil botanique des États-Unis, qui surveille les tendances en matière de consommation de thé.

Le marché du thé a progressé de façon impressionnante, le chiffre d'affaires au sein de l'industrie passant de 1,8 milliard $ US en 1990 à 6,5 milliards $ US l'an dernier, selon l'Association de thé des États-Unis. Ce groupe prédit que cette tendance se poursuivra.

Les études vantant les qualités thérapeutiques du thé ont contribué à cet essor, mais aussi l'appétit insatiable des Nord-Américains pour tout ce qui est nouveau et différent. Et lorsque les consommateurs se sont mis à chercher des alternatives aux amères infusions du passé, l'industrie a répondu à l'appel.

Ce qui fait que le noir de base est maintenant accompagné de teintes rouges, blanches, vertes et d'une série de tisanes. On les retrouve sous forme de poches traditionnelles, de vastes sachets en forme de cône, des tubes perforés en papier aluminium, de feuilles en vrac et même de fleurs séchées entières qui «s'épanouissent» à mesure que vous remplissez votre théière.

Evidemment, il y a aussi les immensément populaires breuvages de thé embouteillé. C'est d'ailleurs sous cette forme que la majorité des Nord-Américains consomment leur thé. Et bien qu'ils représentent une petite part du marché pour l'instant, les thés équitables et biologiques se font de plus en plus nombreux dans l'espoir d'attirer le buveur socialement responsable.

Appelez cela «l'effet Starbucks», affirme Marshall Malone, président de la Portsmouth Tea Company à Somersworth, au New Hampshire, qui met en marché des douzaines de mélanges de thé et offre même un service de sommelier pour aider les clients à choisir le bon thé en fonction de leur événement.

Grâce à la culture du café qui a convaincu les Nord-Américains qu'on peut se permettre de boire des breuvages chauds fantaisistes à tous les jours, les gens prennent le thé beaucoup plus au sérieux, dit M. Malone. Et les compagnies comme la sienne ont vite réagi.

«C'est un produit attirant, déclare M. Malone. Ca sent bon, ça goûte bon. Et maintenant, on commence à parler de jumelage entre le thé et certains aliments, de cuisiner avec du thé.»

Même si l'optimisme règne au sein de l'industrie, certains observateurs demeurent prudents.

Starbucks n'a pas transformé l'industrie du café du jour au lendemain, prévient Michael Cramer, gérant du marketing pour la compagnie Adagio Teas, qui se trouve au New Jersey. Bien des Nord-Américains aiment avant tout ce qui est pratique, ce qui n'est pas nécessairement le cas du thé, dit-il.

«Il ne faut pas chercher à les convaincre à tout prix d'adopter des choses qu'ils trouvent trop compliquées», souligne-t-il.

C'est là une leçon que bien des restaurants ont apprise, eux qui ont rapidement offert divers services de thé pour aussitôt les annuler, parce que c'était trop compliqué pour le personnel et pas assez populaire auprès de la clientèle.

Que l'industrie du thé progresse rapidement ou lentement ces prochaines années, au moins l'intérêt renouvelé envers ce breuvage lui aura permis de faire peau neuve après être resté inchangé pendant des milliers d'années.

www.cyberpresse.ca

Vous souhaitez réagir ?

>> Il vous suffit de cliquer ICI <<
Autres sujets :