headerphoto

Boire ou conduire bio, il faut choisir

Une bonne bière fraîche, quelques tacos, le soleil couchant, une certaine idée du bonheur? Plus pour longtemps. Ces apéros idylliques pourraient bientôt appartenir à l'histoire. La faute à la pollution, au réchauffement climatique, au trou dans la couche d'ozone? Bien au contraire, c'est le bio qui menace ce fleuron de l'art de vivre qu'est la bière.

Des hommes profitent d'une bonne bière et d'un bain de pieds dans un café à Amsterdam, le 23 juillet 2006

Bonne conscience écolo, incitations financières des autorités européennes… La demande en carburant bio augmente. Les agriculteurs abandonnent de plus en plus les cultures traditionnelles (dont le houblon et l’orge) pour cultiver du maïs destiné à être transformé en éthanol. Les coûts des matières premières augmentent, et les brasseurs les répercutent sur le prix final.

«Grosse Katastrof»

Les premières victimes de cette «Grosse Katastrof» seront bien entendu les Allemands, les plus gros buveurs de bière derrière les Tchèques. En raison de mauvaises récoltes d’orge en 2006, les brasseurs outre-Rhin ont déjà annoncé qu’ils augmenteraient leurs prix en mai.

«Manifs de la tortilla»

Cette année, on avait déjà connu les «manifs de la tortilla», des dizaines de milliers de personnes protestant au Mexique contre l’augmentation du prix du maïs. A quand les manifs contre l’augmentation du prix de la bière? Soiffards de tous les pays, unissez-vous!

20 minutes

Vous souhaitez réagir ?

>> Il vous suffit de cliquer ICI <<
Autres sujets :