headerphoto

Article d'un lecteur : LA LEVITATION DES GAZ LOURDS

La lévitation, en général, est un phénomène fantastique qui permet de s'affranchir de la pesanteur. C'est une spécialité indienne comme la planche à clous du fakir. L'Europe, elle aussi, possède ce génie du merveilleux hérité de ses origines ethniques indo-européennes. Les sciences divinatoires ont longtemps était rassemblées dans la science de l'astrologie, première discipline divinatoire, reposant sur une poétique relation entre la position des astres et l'avenir inéluctable. La tentation était grande de donner un vernis scientifique à ces sciences divinatoires pratiquées par nos modernes astrologues qualifiés de météorologues ou de climatologues. De mauvais esprits ont été jusqu'à trouver une rime riche d'une seule syllabe pour qualifier ces fantastiques disciplines.

Pour justifier cette lévitation, indépendante de la densité, on fait appel aux courants de convexion, aux jet-streams en altitude, et aux courants d'air un peu plus bas. Il parait parfaitement admissible que des gaz, quatre fois plus lourds que l'air, lévitent jusque dans les zones stratosphériques, voire, dans les espaces interstellaires. 

Combien pésent les gaz concernés générateurs d''effets de serre 

On peut en faire un inventaire des plus légers aux plus lourds: 

L'HYDROGÈNE est le plus léger, soit densité par rapport à l'air de : 0,07

le méthane                                                                               :  0,55

L’oxyde de carbone CO                                                            :  0,966 

Là on arrive aux conditions idéales de mélange et de lévitation 

Le monoxyde d'azote  NO                                                       : 1,036

Le dioxyde d'azote      NO2                                                     : 1,588 

Le gaz carbonique CO2                                                          : 1,52

L’ozone O3                                                                              : 1,66

Le gaz sulfureux SO2                                                                : 2,21             

Le chlore  Cl                                                                            : 2,45

Le fréon  CCl2F2                                                                     : 4,42 

Que les plus légers montent au ciel cela se comprend. C'est d'ailleurs avec eux qu'on gonfle les ballons de baudruche, et les ballons-sondes des météorologues et autres astrologues. Mais, que deviennent-ils au ciel? Depuis que la terre en produit l'atmosphère devrait en être enveloppée. La nature fait bien les choses, car, les plus légers sont de puissants réducteurs. Tellement sensibles qu'ils s'oxydent au contact de l'air pour se transformer en gaz lourds qui retourneront au sol. On ne risque donc pas de les voir exploser dans la haute atmosphère qu'ils n'auront pas le temps d'atteindre.

Alors? Les plus lourds, comment vont-ils monter pour suspendre une couche d'ozone, plus ou moins trouée, attaquée par les "encore plus lourds" que sont le chlore et le fréon de nos frigos et nos bombes aérosols?

REPONSE de nos "scientifiques" : par la convexion et les courants d'air. Ils n'ont pas osé dire "par lévitation", mais cela revient au même.

EXPLICATION : elle est résumée dans une pensée militaire popularisée par les médias: "chercher à comprendre c'est commencer à désobéir". Oppose ce négationnisme à la pensée médiatique officielle est scandaleux: c'est la négation de la poésie. Vous n'avez pas honte! Hommes de peu de foi.

Contester cette lévitation est aussi "politiquement" incorrect que de nier le miracle de la pompe à chaleur.

Tous nos hommes politiques, fantastiques monuments d'inculture scientifique et technique, chantent la même chanson, "sûrs d'eux et dominateurs", cuirassés dans la   belle ignorance qu'ils partagent avec les plus diplômés de leur électorat.

Ne vont-ils pas jusqu'à pleurer sur la disparition des coraux du Pacifique rongés par l'acide carbonique dont ils sont pourtant constitués? Ne voient-ils pas ces îles coralliennes submergées par la montée des eaux dilatées et soulevées par la fusion des glaçons de l'océan arctique? Dommage que, par ailleurs, apparaissent des îles nouvelles à l'occasion d'éruptions volcaniques sous-marines. Ce sont peut-être là ces fameuses exceptions qui confirment la règle.

Alors, notre Président de la République, trouve la parade, la solution ultime, le remède à tous les mots: une taxe à la consommation : "Merci on a déjà donné" 

Cela ne fait rien. Continuez, votez pour eux...Amen.

Francois TATARD

Vous souhaitez réagir ?

>> Il vous suffit de cliquer ICI <<
Autres sujets :