headerphoto

Bio-méthanisation Un nouveau procédé permet d'améliorer l'efficacité de la production de biogaz

L'institut Leibniz de génie agricole de Potsdam-Bornim (Atb) a développé un nouveau procédé de séparation magnétique des bactéries permettant de doubler la productivité des installations de production de biogaz.

Les performances des installations habituelles sont limitées par une trop faible concentration des bactéries responsables de la méthanisation.


Ce procédé devrait permettre d'augmenter la productivité des unités de méthanisation (© Web-agri)

Au moment du renouvellement du substrat, la plupart des microorganismes sont éliminés en même temps que la matière fermentée. Les bactéries, qui métabolisent les liaisons carbone contenues dans le substrat, sont pourtant responsables de la production du biogaz...

Augmenter la productivité de l'installation

A l'aide d'un processus physique simple, les scientifiques de Potsdam sont parvenus à retenir les bactéries dans le réacteur et à les enrichir. Des particules magnétiques sont introduites en très faible quantité dans la cuve et retenues dans le substrat par les "flocons" de bactéries. Il devient alors possible, à l'aide d'un aimant permanent de séparer les bactéries et de les réintroduire en temps voulu dans le réacteur. Pour la magnétisation des "flocons" de bactéries, on peut avoir recours à des produits usuels tels que la ferrite.

Les essais ont démontré que grâce à un tel processus, on pouvait doubler le rendement des bactéries et donc augmenter la productivité de l'installation.
Ce procédé est bien adapté à la fermentation de substrats riches en eau, tels que les jus de distillerie, mais il est également utilisable pour la fermentation de matières renouvelables solides.

Suite au succès de cette phase de test, l'institut recherche désormais des partenaires pour l'application pratique du procédé.

Adit

Vous souhaitez réagir ?

>> Il vous suffit de cliquer ICI <<
Autres sujets :