headerphoto

Les OGM débarquent en Bourgogne Franche-Comté

Polémique autour de deux parcelles de maïs transgéniques plantées, l'une dans l'Yonne, l'autre dans l'Ain

Des cultures contestées
- 16 hectares de maïs transgénique ont été plantés dans l'Yonne -

Jean Massé, argriculteur dans l'Yonne, a fait le choix du bio depuis plus de 30 ans et il s'inquiète de l'arrivée des OGM dans le département : "avant, on faisait des bandes d'essai dans une parcelle chez un agriculteur volontaire ou pas. L'agriculteur enlevait parfois cette bande, où elle était fauchée par d'autres. Mais là avec les grandes parcelles, on a le sentiment qu'on veut vraiment imposer le maïs transgénique sur un grand territoire. le risque , c'est que toutes les semences soient OGM dans l'avenir et on n'aura plus le choix."
Ces premières cultures ont été inscrites au registre national des cultures OGM comme l'exige la loi. Mais si on sait qu'elle sont situées dans le canton de Bleneau, rien ne permet de déterminer la localisation précise et les exploitants sont anonymes. Francis Letellier, président de la FDSEA de l'Yonne, refuse de porter un jugement : " En tant qu'agriculteur, je ne suis pas étonné, en tant que représentant de la FDSEA, on n'a pas pris position sur cet état de fait. Ce qu'on veut, c'est que la recherche continue en plein champs, qu'elle soit très encadrée au niveau de l'état et qu'il n'y ait plus de destruction".
Et pourtant, Francis Letellier lui-même ne cultive pas d'OGM sur les 25 hectares qu'il exploite, par principe de précaution. Un principe que le collectif 89 Action Citoyenne et les Verts auraient souhaité voir s'appliquer en Bourgogne.

OGM et AOC, quelle solution ?

A Etrez, dans l'Ain, à la frontière du Jura et de la Saône-et-Loire, la plantation de 134 hectares de maïs transgénique pose question aux éleveurs de volailles de Bresse situés dans la zone AOC . Pierre Bernard, vice-président du comité de la volaille de Bresse demande des garanties quant aux risques de contamination par les pollens, mais il ne semble pas inquiet en ce qui concerne le maïs utilisé pour l'alimentation des volailles.
Pourtant, rien n'est écrit dans le cahier des charges de l'AOC à propos des OGM puisqu'il a été rédigé en 1957.
Seules garanties, des engagements pris entre les producteurs et les transformateurs d'assurer le consommateur de la qualité des produits et de leurs origines. Une convention spécifique sur la traçabilité des volailles de Bresse a été signée il y a 4 ans avec les organismes de stockage des céréales. Le maïs transgénique y est interdit. Sauf qu'il est impossible de faire la différence entre un maïs transgénique et un autre. Pour assurer la traçabilité, on sait où sont les parcelles mais sur la seule bonne foi des agriculteurs. Mais selon le directeur d'une coopérative de céréales qui en voit transiter 22000 tonnes chaque année, la provenance de chaque grain est assurée.
il reste que pour la Confédération Paysanne de l'Ain, qui demande un moratoire sur les OGM, le seul moyen de garantir l'alimentation des volailles de Bresse est de revoir le cahier des charges de l'AOC et d'y interdire le maïs transgénique.

France 3

Vous souhaitez réagir ?

>> Il vous suffit de cliquer ICI <<
Autres sujets :